Mon été à Cuencanimal par Nathalie - 1ère partie

Depuis que nous avons adopté Lass et China, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à plusieurs reprises au refuge de Cuencanimal. Cet été, c'est à quatre que nous sommes partis (mon fils de 12 ans, nos deux loulous Lass et China … et moi) pour vivre la dernière semaine du moins d'août dans ce refuge situé non loin de Cuenca.

 

Le retour aux sources de Lass et China

Je vois bien, à chaque fois, au comportement de Lass et China qu'ils n'ont rien oublié de leurs bonnes fées et qu'ils demeurent reconnaissants. Ils sont contents de rentrer dans le refuge. China a foncé dans le parc central pour tout passer en revue. Elle a fouillé partout comme si elle inspectait le moindre changement, la moindre odeur différente de ce qu'elle avait connu. Lass lui restait collé à moi et à mon fils. Les deux loulous ont dû refaire leur place dans la meute d'une quinzaine de chiens qui ont déboulé peu à peu dans le parc central.

 

Un été différent des autres

Cet été dès notre arrivée, j'ai été surprise par une atmosphère  plus calme et plus sereine que les années passées. Les filles étaient plus en forme et non pas blessées comme l'an dernier, à force de s'épuiser. Les concerts d'aboiements étaient moins forts et moins longs. Mais que s'était-il passé ?

 

Eh bien, c'est avec grand bonheur que j'ai appris que le refuge était moins plein grâce aux nombreuses adoptions des derniers mois et notamment du voyage du mois d'août qui a été qualifié par les bonnes fées de "rayon de lumière". Du coup, il y avait même des places vacantes.

 

La conséquence directe de cette exceptionnelle vacuité c'est que tous les chiens signalés en perdition et en souffrance dans la rue ont pu être accueillis. Et ça, pour les filles, c'est un immense soulagement. C'est comme si enfin, elles pouvaient avoir momentanément l'esprit et le cœur plus tranquilles. Elles étaient enfin "à jour" et savaient que les prochains signalements pourraient, au moins pour un temps, donner lieu à un accueil au refuge. Cela donne beaucoup de sens à l'énorme travail qui est accompli par tous les bénévoles de Galgos France pour chaque voyage du "camion de l'espoir". 

 

La satisfaction qui régnait fin août à Cuencanimal permet de remettre en avant le constat qu'une adoption est synonyme de bonheur, non pas pour un seul mais pour deux chiens : celui qui a enfin une famille et celui qui va pouvoir rentrer dans le refuge et être sauvé de la rue et/ou de la maltraitance.

 

L'université du chien

Ce qui me frappe aussi à chaque fois, c'est de constater à quel point la vie en collectivité au sein des différentes meutes transforme positivement les chiens. Elle leur permet d'apprendre ou de parfaire leur apprentissage des codes de la communication canine au point que je compare souvent Cuencanimal à une "Université du Chien".

 

La vie en meute leur permet de se soutenir mutuellement au point d'échanger de l'affection ce qui accélère les processus de résilience. Elle leur donne accès à des temps de jeu qui sont magnifiques à observer : jouer à se poursuivre, jouer à faire la course en groupe, jouer à se chipoter et apprendre à doser sa force ou sa fougue... Jouer, c'est aussi retrouver son âme d'enfant pour soigner les blessures de l'âme... Et quand les jeux dégénèrent un peu, un bon coup de sifflet ou un rappel à l'ordre vocal bien sonore des deux bonnes fées du refuge suffit, en général, à ramener le calme.

 

 

Certains chiens sont carrément les assistants de Veronica et Maria Josée puisqu'elles savent qu'elles peuvent compter sur eux pour accueillir les nouveaux avec bienveillance et les aider à s'intégrer. C'est le cas, par exemple, de Gazapo qui fait partie des vétérans (10 ans de vie dont 6 au refuge). Il s'est épanoui au sein de Cuencanimal après deux années de misère et de dangers dans la rue. Arrivé totalement effrayé, il a appris à vaincre ses peurs grâce à une très grande implication de l'équipe de Cuencanimal.

 

A Cuencanimal, chaque chien est unique

Comme chaque année, j'ai été impressionnée par l'énorme travail accompli par Veronica et Maria Josée, assistées certains jours de bénévoles comme Gonzalo ou Sarah. Il y a tant et tant de choses à faire pour quasiment une centaine de chiens ! Mais ce qui me surprend à chaque fois, c'est l'intensité de l'amour et de l'attention que chaque chien reçoit comme s'il était unique. Finalement, pour moi, c'est Veronica et Maria Josée qui sont surnaturelles, de pouvoir donner autant. 

 

La question qui fait mal

J'ai toujours peur de remuer le couteau dans la plaie, en demandant des nouvelles, d'un chien dont justement personne n'a de nouvelles. Mais cette année, c'est mon fils qui m'a "obligée" à demander des nouvelles de Locky  Maria Josée nous a expliqué ce qu'elle savait de la nouvelle vie de Locky, et a rajouté : « Ca fait tellement du bien d'avoir des nouvelles car cela nous donne de la force et un sens à notre travail. Quand on n'a pas de nouvelles, c'est très dur ». 

 

Effectivement,  c'est très difficile, Maria Josée et Veronica de vous voir en détresse pour cette raison- là. Vous donnez tellement et à chaque instant que les vacances pour vous, ce n'est en général qu'une semaine à la fois. Et puis, il n'y a pratiquement pas de frontière entre vos vies professionnelles et "privées", puisque même dans la sphère privée vous demeurez au service de tous les malheureux à quatre pattes. Vous avez chacune adopté plusieurs chiens du refuge et vous vous transformez en plus, en famille d'accueil à de multiples occasions. Par exemple, lorsque la vie au refuge n'est pas encore possible pour l'un de vos protégés (dans le cas des chiots ou de chiens très malades par exemple qui nécessitent des soins très réguliers).

 

Je sais que de parler de l'absence de nouvelles, ce qui n'est bien heureusement, pas le reflet de la majorité des cas, c'est aussi remuer le couteau dans la plaie des délégués(ées) de Galgos France qui se dévouent sans relâche, pour solliciter des nouvelles auprès des adoptants. Malheureusement, ces valeureux délégués(ées) ne sont pas toujours récompensées de leurs efforts. 

 

 

A suivre

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Béatrice ETTER (dimanche, 18 novembre 2018 20:56)

    Valia (Vania) a eu l'immense chance d'avoir la vie sauve grâce aux dévouement de personnes merveilleuse dont Veronica qui a été une fée pour ma belle, mille merci.

  • #2

    Tesa (dimanche, 18 novembre 2018 21:47)

    Un vrai bonheur de vous lire Nathalie.
    J'attends la suite avec impatience .

  • #3

    Bart (jeudi, 22 novembre 2018 22:05)

    Bonjour à tous.

    Merci, Nathalie, pour ce récit qui illustre bien le travail et les efforts des guerrières de Cuencanimal et des bénévoles. Présents sur place en juillet, pendant une semaine durant laquelle notre fils aîné a donné un coup de main aux filles dans le quotidien du refuge, nous avons aussi constaté une atmosphère un peu plus calme, visiblement due au nombre moins élevé de chiens.
    Effectivement, le dévouement des personnes sur place force le respect et avoir pu le constater par soi-même renforce encore cette légitime admiration pour elles.

    Et oui, vous avez entièrement raison de rappeler combien il est important pour les gens qui, en amont, travaillent tellement dur, de recevoir régulièrement des nouvelles de ceux dont ils se sont occupés QUOTIDIENNEMENT et ce parfois pendant des années ! N'oublions pas que sans les personnes de première ligne, pas d'adoption possible... Leur donner des nouvelles est, selon moi, juste une question de respect envers elles et le travail fourni.

    C'est donc tout naturellement que nous leur donnons régulièrement des nouvelles de Brina/Brisca, qui a intégré en octobre notre meute espagnole (composée entre autres d'Ada, qu'elle avait croisée au refuge durant quelques mois). Brisca qui, après un temps d'adaptation bien compréhensible, s'intègre maintenant bien et profite de sa nouvelle vie !

    Encore merci, Nathalie, pour votre témoignage !

    Bart

  • #4

    Nathalie (mardi, 27 novembre 2018 20:29)

    C'est Nathalie...alors je ne vais pas commenter mes propres souvenirs que je viens de découvrir ce soir "par hasard" en cherchant le montant de l'adhésion de Galgos France.
    J'aimerais faire un peut coucou aux 3 personnes qui ont écrit un commentaire.
    - Béatrice, je suis très touchée de découvrir au travers de votre commentaire le moyen de vous dire (enfin !) que nous n'habitons qu'à quelques km. J'ai cherché à vous contacter mais mon mail s'est perdu dans la masse des choses à traiter. Je me permets humblement de vous dire que j'espère revoir Valia et ce depuis son arrivée chez vous. Ma famille est moi, étions au refuge le jour où Valia y a fait son entrée. Ce jour là, tout le monde a pleuré. Voir des photos de maltraitance et d'abandon, est une chose. Voir une réalité en face à face, c'est difficilement gérable. Nous avons suivi l'évolution de Valia et la voir en peu de temps devenue blanche, belle et bien en chair puis adoptée si près de chez nous a été une belle façon de faire notre résilience,

    - Tesa, votre commentaire me rassure car mon texte est si long et si personnel qu'il a donné lieu à beaucoup de questionnements. Comment le publier ? le publier ou pas ? Au début, un résumé a été réalisé…. et puis au final j'en retrouve une première partie sur le site. Je ne sais pas comment la suite va être gérée car il fait plus de 20 pages…. mais si vous avez envie de voir la suite rapidement…. on peut s'arranger peut-être ….


    - Bart, je suis ravie de faire un peu votre connaissance car vu que nous sommes passés après vous et bien nous avons entendu parler de vous… Déjà je suis contente que nous ayons eu la même impression sur l'ambiance du refuge. Cela me rassure d'avoir un point de vue extérieur. Mon niveau d'espagnol est juste "suffisant" au point que des fois je me demande si j'ai bien compris les explications…. Par contre, ma mémoire me fait défaut. Vous y avez été en juillet et ensuite Brisca s'est intégrée dans votre meute en octobre c'est ça ? Nous n'avons pas ramené de photos d'elle fin août, du coup, je n'arrive pas à comprendre quand exactement elle est montée dans votre voiture… ce moment a du être assez incroyable pour tout le monde et elle la première. J'aurais envie de vous poser des questions. Vous semble-t'il qu'elle a peur des formes noires ? Se repose-t'elle beaucoup ? Comment a-t'elle pu géré ses déplacements dans un univers nouveau ?
    Bon j'arrête avec mes questions car je ne suis pas sur un blog.
    Je ne sais pas si l'un ou l'une d'entre vous retournera sur cette page et lira ce commentaire. Je vais attendre avec amusement de voir si mon vœux d'avoir des réponses à quelques questions sera exaucé par le père Noël….

  • #5

    Bart (vendredi, 30 novembre 2018 16:53)

    Bonjour à tous.

    Oui, se rendre au refuge de Cuencanimal et être témoin du travail et du dévouement des personnes sur place, c'est vraiment une expérience que je recommande chaudement.

    Brisca/Brina est bien remontée début octobre, en voiture, derrière le camion transportant les autres chiens. Elle était donc bien présente au refuge en août, en toute discrétion, visiblement ;-J'ai reçu, en live du refuge, une photo de l'équipe lui disant au revoir...Emotion assurée...

    Un examen minutieux chez un ophtalmologue a confirmé que les yeux de Brisca sont en bon état malgré son âge. Ses problèmes de vision sont sans doute liés au traumatisme cérébral de son accident. Rendez-vous est donc pris en neurologie. Plus nous en saurons, plus efficacement nous pourrons l'aider.

    J'en profite pour souligner, une fois de plus, l'excellence du suivi de cette adoption par Galgos France !

    Concernant vos autres questions, n'hésitez pas à me contacter directement, le staff de GF a mes coordonnées ;-)

    Belle journée !
    Bart

  • #6

    Nathalie (mardi, 04 décembre 2018 05:13)

    Bonjour Bart,

    Merci beaucoup pour votre message. Ah ! je suis un peu confuse d'avoir montré un certain manque de mémoire. Mais c'est après réflexion qu'enfin mes souvenirs de Brisca me sont revenus…. et le pourquoi de l'absence de photos.


    L'adoption de Brisca chez vous est, il me semble un soulagement collectif !!! un vrai conte de fée comme celle de Perdigon par exemple...C'est réjouissant de voir les anciens du refuge voir leur ticket "gagnant" enfin arriver. Cela a surement boosté tout le monde !!!

    Je vais demander par mail à GF si je peux avoir votre adresse en ce qui concerne les autres questions. Merci beaucoup de l'avoir proposé.