Reportage de Cuencanimal pour le journal de l'IES Alfonso VIII

Les élèves de l'IES Alfonso VII (Lycée) ont fait un reportage sur Cuencanimal pour leur journal. En pièces jointes, la couverture, le reportage et les participants...

Ils ont gagné le 2ème Prix de la Communauté autonome des étudiants avec cet article !

 

Merci à Marie pour la traduction de l'article :

 

 

LES VRAIS SUPER-HÉROS DE NOTRE VILLE : "CUENCANIMAL"

NOUS DÉCOUVRONS UN TRÉSOR ABANDONNÉ PRÈS DE CUENCA

 

Cuencanimal est la première association de protection animal qui a été crée à Cuenca il y a à peu près dix ans sans but lucratif, en reponse au nombre élèvé d'animaux abandonés et maltraités dans la région de

Cuenca.

L'activité principale est le ramassage d'animaux abandonés en les sauvant d'une mort certaine: voitures, faim, maladies...

Jusqu'aujourd'hui ils ont réussi à trouver un foyer à plus de 1500 chiens.

Il était 5h de l'après-midi quand nous sommes allés chercher María Aparicio un membre de Cuencanimal et une vraie battante dans la défense des animaux.

En chemin elle nous a raconté de quelle facon elle a commencé cette lutte. Un jour qu'elle promenait sa chienne elle a rencontré une dame qui promenait aussi ses deux chiens; un d'eux appartenait au refuge elle

était sa famille d'accueil! Ca l'avait beaucoup frappée!!! elle nous dit.

Depuis, il s'est passé 3 ans et son implication n'a cessé d'augmenter!. Elle nous dit en rigolant que ca va lui couter son divorce!!!

Plus serieusement elle a repondu aux questions que nous avions préparées.

 

Pensez-vous qu'en Espagne le respect des animaux est très éloigné de celui d'autres pays de l'Union Européenne?

 

Oui, il nous reste un long chemin à parcourir pour arriver au niveau des autres pays de la C.E. comme la

France par ex.

Nous travaillons avec l'association Galgos France.

En Espagne tout le monde connait la maltraitance qui subissent les galgos par les chasseurs. Beaucoup sont abandonnés et bien pire encore quand la saison de chasse se termine.

C'est incroyable de voir le respect et l'amour vers ces animaux dans des pays comme la France ou l'Allemagne! Dans ces pays, en plus, la stérilisation est un fait acquis et un acte considéré comme

responsable par le propiétaire.

Quant à la loi ici!!!... la maltraitance animal n'est pas punie ou elle n'est pas appliquée.

 

Aussi elle nous a parlé du merveilleux travail accompli par les familles d'accueil, quand par des diverses raisons les chiens ne peuvent pas rester au refuge: maladie, convalescence, chiots etc. Qu'est-ce que nous

ferions sans eux!!!!!

En plus l'association ne recoit aucune aide financière publique, aucune sorte de subvention, toutes les aides proviennent des adhérents, à peu près 300. Grace à eux le refuge se mantient à flot.

Ils recoivent aussi de donations ponctuelles dans les cas difficiles et urgents, et pous envoyer des chiens dans d'autres pays.

La crise leur a affecté aussi. Les aides des entreprises ont diminuées. Pourtant tout peut leur être utile: un palet de briques pour une niche, nourriture...

 

Nous arrivons au refuge. La première chose qu'on voit est un chien sautant derrière le grillage fou de joie de voir du monde. "Bonjour Darko", dit Maria.

Le silence qui reignait à notre arrivée et devenu un son assourdissant, ils aboient tous en même temps!!!

Maria nous dit que dans peu de temps ils allaient se taire. Ils aboient de joie, comme le chien aboit quand son maître arrive à la maison.

Elle nous présente un autre bénévole. Ils sont 10 à travailler activement à Cuencanimal. Il faut venir tous les jours pour leur donner à manger, changer l'eau, netoyer, les caresser...

Sans besoin d'anti-sèche marie nous présente tous les chiens du refuge. Elle connait tous les noms:

Blanquita, Gonzo, munich, Roky, Guti... et leur histoire personnelle. Ahurissant!: du chien acheté à Noel et devenu encombrant à Pâques, des chiens rétirés de maltraiteurs, des chiens dont le maître est mort et que la

famille s'en débarrasse, des abandonés sur les routes... On ne peut pas quitter le refuge sans tous les caresser.

 

Nous lui avons démandé s'ils ne prenaient pas des chats. Les chats sont chez une dame qui habite dans un village près de Cuenca. Je ne sais pas ce qu'on ferait sans elle!!!! nous dit maria.

Comment ca se passe une adoption?

 

C'est nous qui choississons le maître et pas à l'envers. On lui fait remplir un questionnaire, s'il ne nous satisfait pas, ils ne prennent aucun chien. Nous ne donnons pas des chiens aux chasseurs ni à ceux qui les veulent pour garder des entrepôts ou des terrains.

Nous connaissons des cas de maltraitance que nous ne pouvons pas dénoncer par peur de représailles!!

 

Que pensez vous de la vente des animaux?

Nous ne sommes pas d'accord avec le commerce des êtres vivants.

Elle nous parle qu'il y a des périodes propices aux abandons: vacances, Noël, mais malheureusement c'est un goutte à goutte toute l'année.

Maria Aparicio et ses 10 héros luttent chaque jour pour pallier les dommages de ce goutte à goutte d'abandon animal qu'une société insensible offre en sacrifice au dieu de l'inculture.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Emilie25 (jeudi, 26 mai 2011 21:03)

    Très beau reportage qui salue le travail à Cuenca