Il était une fois Esperanza

Le piégeage est une horreur. L’un de ces modes de tuerie sournoise est le collet. Le principe en est simple : quand un lapin passe par là, il se prend la tête dans la boucle. En tirant pour se libérer, il s’étrangle plus ou moins lentement.

Or, il arrive que des animaux de plus grande taille soient aussi victimes de ces  inventions cruelles. Mais eux, c’est une patte qui est retenue par cet objet barbare.

 

Ainsi en est-il allé de toi, malheureux galgo inconnu. L’histoire de ta terrible fin de vie est parvenue jusqu’à nous. C’est la raison pour laquelle  tu ne seras pas enterré deux fois : une fois sous terre,  et une autre sous une chape de silence.

 

Ces images sont insoutenables, d’abord par leur aspect, mais surtout parce que l’on s’imagine quel a pu être ton calvaire, malheureux galgo.

Combien d’heures passées dans une lutte désespérée et épuisante, combien de temps à tenter désespérément et vainement de te libérer de ce lien d’acier qui t’avait brutalement arrêté dans ta course ?

Lorsque tu as été retrouvé, pantelant de souffrance, tu vivais encore. Hélas ! Pas pour longtemps. Le décompte des jours qui t’avait été accordé touchait à sa fin. Porté chez le vétérinaire, il a fallu t’euthanasier. En effet, l’os de ta hanche t’avait traversé les intestins.

Cela s’est passé près de Cadix, à Rota. C’est Lola, bénévole au refuge Siempre Contigo, qui nous a envoyé le récit de ta terrible agonie.

Vous qui lirez ce texte, s’il vous plaît, nommez cet innocent galgo. Oui, donnez-lui un nom, à lui qui n’en avait pas, et gardez celui que vous lui aurez offert dans un petit coin de votre mémoire. De cette façon, lui, l’ignoré, le supplicié, ne mourra pas tout à fait.

Quant à moi, je l’ai nommé Esperanza. Espoir en espagnol. Espoir qu’un jour, certes fort lointain, tous les humains dépourvus d’humanité disparaîtront de la surface de la terre.

 

 Esperanza, tu dors de ton dernier sommeil. Tu as échappé définitivement au sadisme des piégeurs et galgueros qui polluent cette terre de leur odieuse présence. Qu’ils soient maudits !

 

Dors en paix Esperanza.

Tu es désormais au-delà de tout :

du bon comme du mauvais,

du chagrin que ton sort abominable génère en nos cœurs,

de la tendresse que tu nous inspires,

de cet amour perdu pour toi, car tu ne le connaîtras jamais.

 

Dors, Esperanza, dors.

Écrire commentaire

Commentaires : 13
  • #1

    CPlume (jeudi, 07 novembre 2013 22:56)

    insupportable...

  • #2

    marie42 (vendredi, 08 novembre 2013 07:36)

    insoutenable!

  • #3

    Tésa (vendredi, 08 novembre 2013 15:52)

    Horrible....!!!
    Adiòs Cariño........

  • #4

    cahuzac (vendredi, 08 novembre 2013 19:22)

    l'insoutenable, c'est l'idée de toute la souffrance endurée, c'est la lutte vaine pour s'en sortir; les collets devraient être interdits; j'avais eu l'occasion d'en voir un (et , écœurée, de le détruire) dans La Mancha il y a bientôt 30 ans; mais je vois que ces pratiques dégueulassent hélas perdurent pour le plus grand malheur d'Esperanza et de tous les autres qu'on ne pourra jamais comptabiliser. Une difficile épreuve de plus pour les bénévoles; tenez-bon, il y a tant de malheurs et de souffrance, ici et ailleurs...

  • #5

    maryse (vendredi, 08 novembre 2013 19:58)

    Oui, tout celà perdure, un de mes ignobles voisins piège ainsi les renards. La cruauté et l'imbecillité n'ont pas de nation, elles sont simplement humaines, si proches de nous...
    Il y a tant de tendresse dans tous ces innocents torturés. Esperanza est un nom bien lourd à porter aujourd'hui;Mille et mille caresses à toi qui n'a jamais dû les connaitre et merci à ceux qui ont essayé de te sauver

  • #6

    Cécile71 (vendredi, 08 novembre 2013 20:21)

    Quelle misère... miséreux... misérable... miséricordieux.... l'homme est-il pardonnable devant autant de cruauté?
    Ne baissons pas les bras, d'autres causes ont été gagnées à force d'obstination... pour lui, pour tous les autres...

  • #7

    La Patt (dimanche, 10 novembre 2013 19:14)

    Pauvre Galgo, son nom lui va tout à fait bien, espoir qu'un jour que l'horreur que fait subir nos congénères s'arrête enfin et pour de bon...mais cela va prendre encore des années malheureusement, j'en ai bien peur, même si j'ai toujours espoir...
    Reposes toi Esperanza, dis à tous ceux que tu rencontreras que le combat continue en bas..pour vous tous, animaux de la terre...petit à petit,certes mais sans s'arrêter..

  • #8

    france (lundi, 11 novembre 2013 15:34)

    Je sais pourquoi j'aime autant les animaux et pourquoi je leurs donne beaucoup ! C'est parce qu'il y'en n'a tellement qui passent leur temps a leurs faire du mal !

  • #9

    mari 41 (mardi, 12 novembre 2013 00:02)

    des larmes, de la révolte, envie de rendre la pareille à ceux qui osent ces barbaries...Espéranza je pleure pour toi et les autres...et je vois Indi ( indira) qui dort sur son canapé, enfin une à l'abri et d'autres ailleurs ...Continuez vos merveilleuses actions pour en sauver encore et encore!

  • #10

    FILIPEK (lundi, 02 décembre 2013 07:35)

    Que dire devant l'insupportable, l'insoutenable!

  • #11

    Sandrine (lundi, 02 décembre 2013)

    Quel enfer, le pauvre, je ne m'habitue jamais à cette barbarie qui rend les humains inhumains et des envies de meurtres me reprennent.
    Repose en paix, petit chien innocent.

  • #12

    elisabeth (mardi, 03 décembre 2013 07:55)

    quelle horreur comment peut on etre aussi cruel envers des animaux si doux.reposes en paix tu es maintenant au milieu des anges

  • #13

    Anna (samedi, 07 décembre 2013 17:12)

    Que le diable les emporte et qu'ils finissent leur vie dans d'atroces souffrances, bien pire que celles qu'ils ont infligées a nos amis a 4 pattes.