Recherches de Sahara: quelques nouvelles

Il y a quelques jours, nous vous annoncions que du renfort arrivait directement d'Espagne pour nous aider dans les recherches de la belle Sahara. Voici quelques nouvelles:

 

Vendredi 15 novembre:

Vincent et les filles arrivent à Paimpol dans l'après midi et se mettent à la recherche de Sahara. Elles ne repèrent aucune trace d'elle. Les conditions météos n'étant pas très bonnes, peut être que la miss s'est cachée à l'abri ?

 

Plus tard dans la soirée, de la nourriture est déposée dans le hangar ou Sahara avait déjà été aperçue. Les filles patrouillent jusqu'à une heure du matin, sans succès.

 

Samedi 16 novembre:

L'équipe repart sur le terrain dès 7h30 pour toute la journée. Plusieurs équipes patrouillent dans des secteurs différents, en vain.

 

Le soir venu, de la nourriture est de nouveau déposée dans le hangar. Pour avoir la certitude que c'est bien Sahara qui vient se nourir, de la farine est répandue sur le sol, autour de la gamelle.

 

Dimanche 17 novembre:

L'équipe sur place bat vainement la campagne. Marie Josée en pleure de frustration. Vers 17h, un appel est reçu, Sahara vient d'être repérée.

Les filles se rendent en courant à l'emplacement indiqué. Hélas, la belle a déjà pris la poudre d'escampette...

 

Sur le chemin du retour, nos deux espagnoles repassent par la grange où la nourriture attendait depuis la veille. Sahara est venue et a tout mangé. On est maintenant certain qu'il s'agit de Sahara, car ce sont bien ses traces de pattes imprimées dans la farine et sur la couverture.

 

Lundi 18 novembre:

Le temps est mauvais, il pleut. Les filles ont trouvé le collier et la laisse accrochés à un grillage, près de la grange où elle mange. Et puis soudain, Sahara… elle se laisse approchée jusqu'à une distance sécuritaire de 3 mètres, puis repart, fière, sans courir, et sans un regard en arrière.

Les filles reviennent au logis pour lui préparer un petit plat à base de viande et de graisse. Marie Josée va se poster, assise au milieu du champ, bien visible et avec la nourriture chaude et odorante.

Elle va rester ainsi des heures, pour que Sahara se rassure et qu'au fil du temps, mise en confiance, elle s'approche.

 

La nuit va tomber, les filles sont désespérées car Sahara n'est pas venue manger. En fin d'après-midi, un appel reçu la signale sur la 4 voies qui passe à proximité... Tout le monde est très inquiet pour elle car le danger est énorme.

Nos espagnoles dévouées rentrent, dépitées, inquiètes et pleines d'amertume. Désillusion et frustration se partagent leur coeur. Elles pensent que Sahara va revenir sur ses pas et regagner sa "tanière".

 

Une cage trappe représente notre dernier espoir puisque Sahara fuit obstinément la présence de tout humain. Elle ne permettra à personne de l'attraper.

 

La nuit a été longue pour nos bonnes fées de Cuenca et Sahara n'est même pas revenue manger avant leur départ. Elles sont reparties de Paimpol ce matin vers 10h pour rejoindre l'Espagne, le coeur lourd et les larmes aux yeux.

 

Une nouvelle stratégie est à mettre en place à l'aide d'une cage-trappe.

 

Merci à Marie Josée et Maria pour tout ce qu'elles font pour Sahara, et merci à tous ceux qui continuent à participer activement aux recherches.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Cécile71 (mardi, 19 novembre 2013 20:58)

    Si près du but!... quelle déception pour tous, et pourtant l'espoir de la savoir pas très loin, en forme... courage à tous, persévérance, la miss va bien finir par se laisser attraper...

  • #2

    Véronique (Nekane) (mardi, 19 novembre 2013 21:27)

    Si l'on est sûr que c'est bien Sahara qui mange dans ce hangar, il faudrait peut-être essayer d'y ajouter des "somnifères" (prescrits et dosés par un vétérinaire, bien sûr), et en laissant quelqu'un à proximité pour intervenir rapidement... Bon courage à tous ceux qui se démènent pour la puce...

  • #3

    Annie D (mardi, 19 novembre 2013 21:29)

    Quelle déception pour tous et en particulier pour les bénévoles espagnoles. On garde espoir, notre Caoba était proche de grandes routes également et elle a su éviter le danger. Ces chiennes sont de véritables guerrières, elles savent survivre, c'est une qualité mais cela n'aide pas à les attraper. Courage à tous sur le terrain.

  • #4

    Nadine (mercredi, 20 novembre 2013)

    Je ne sais pas si c ' est une bonne ou une mauvaise suggestion mais je vous la propose cependant : puisque Sahara s ' est laissée approcher , ne peut - on essayer le lasso ou la seringue hypodermique juste le temps de la capturer ?
    Je pense fort à Marie - Josée et Maria dont le retour en Espagne doit être très difficile et leur apporte tout mon soutien .

  • #5

    Anne (mercredi, 20 novembre 2013 10:21)

    Courage ! Continuez de mettre de la nourriture dans cette grange afin de l'amadouer.... Pourquoi ne pas "camper" dans ou à proximité de cette grange....
    Mes pensées vous accompagnent

  • #6

    Viviane (mercredi, 20 novembre 2013 11:05)

    Merci aux bonnes fées de Cuenca, je suis sûre qu'elles seront récompensées et que Sahara sera bientôt au chaud. Je l'espère de tout mon coeur. Bon courage pour tous.
    PS : Un petit message perso pour Sahara à qui je demande de faire la paix avec les humains qui lui veulent du bien ...

  • #7

    véronique24 (mercredi, 20 novembre 2013 13:20)

    Je connais quelqu'un qui a le matériel hypodermique et qui a l'autorisation de pratiquer la capture d'animaux.

    Je peux donner son n° de tel.
    Nous l'avons fait venir en Dordogne pour capturer un chien errant, cela s'est très bien passé, il est très compétant.

  • #8

    La Patt (mercredi, 20 novembre 2013 21:27)

    Quel crotte....Sahara ma belle, si tu savais que les filles sont venues exprès pour toi, pourquoi ne t'es pas laissé attraper....merci aux filles d'être venues d'aussi loin, je pense fort à elles..ça doit être terrible ....
    Je pense que la belle Sahara se fera prendre.....il faut encore espérer...