Charco nous a quittés...

L'adorable Charco est parti, une étoile de plus brille dans le ciel. Nous assurons Cécile, Franck et leur petit Louis de notre profonde amitié et leur laissons la parole.

 

"Cela fait un petit peu plus de deux ans que j'ai rejoint Galgos France en tant que déléguée. L'une de mes principales missions était la gestion du blog, annonçant à la fois les bonnes nouvelles, les petits clins d’œil, les appels à l'aide mais aussi les mauvaises nouvelles. 

 

Aujourd'hui, il faut que je rédige l'article que je redoutais tant : l'hommage à mon Charco... Mon grand dadet, ma truffe, mon galgounet, mon squelette, le plus beau et le plus doux des galgos nous a quittés le 18 décembre dernier... Quel cadeau de Noël...

 

Il nous a suivis partout, il a tout fait avec nous... Il a découvert la vie et ses bruits, les escaliers, la plage, la montagne, les Pozzis qu'il aimait tant, les balades en forêt, dans les vignes, au bord de l'eau... Il ne nous a jamais quittés et c'est sans doute pour cette raison que c'est si dur aujourd'hui...

 

C'est le chien le plus extraordinaire que j'ai connu et je suis certaine qu'il n'y en a pas deux comme lui. Il me manque... Son odeur, ses yeux si doux, le claquement de ses griffes sur le carrelage, sa tête posée sur mes genoux à table pour demander un petit truc à grignoter, sa truffe qui me poussait pour demander une balade, la cadence de sa respiration quand il s'endormait au pied du lit...

 

Moi, je ne sais pas rendre hommage, je ne sais que pleurer... Alors, mon Charco, c'est ton maître qui va te rendre cet hommage... Je ne peux que te dire que je t'aime et que tu me manques. Au revoir mon grand..."

 

Cécile

 

"L’année s’achève alors que j’écris ces quelques lignes avec mon petit garçon qui joue tranquillement à côté de moi. Tous les ingrédients nécessaires au bonheur sont réunis : le feu crépite doucement dans l’âtre de la cheminée, toute la famille est là pour les fêtes de fin d’année, mon petit Louis fait le clown sur le canapé avec son bavoir et une vielle ceinture en cuir qu’il a trouvée et que j’éloigne toutes les deux minutes de sa bouche.

 

Pourtant, il manque quelqu’un sur ce tableau. Le fauteuil posé sur ma droite semble bien triste seul. Le vieux plaid décharné qui le recouvre dessine toujours les contours élancés qui me sont si familiers. N’avez-vous jamais cru distinguer une forme amicale du coin de l’œil ? Une de ces apparitions qui s’évanouit dès l’instant où vous la cherchez du regard ?

 

Les zones d’ombres de mon champ visuel sont truffées de souvenirs. Restent intactes toutes les sensations : l’odeur, les sons… Et pourtant ce manque me colle à la peau.  Ma main recherche instinctivement un contact, une chaleur, mais ne la trouve pas. Chaque tressaillement m’interpelle. En fait non, je me rappelle…

 

Cela fait aujourd’hui douze jours que je me rappelle et autant de temps que tu es parti mon ami. Je ferme les yeux et me souviens de tout. De la première fois où je t’ai aperçu, grand dadet nonchalant. Les premiers regards, la première caresse. Une portière qui s’ouvre, toi sautant dans ma voiture, toi me faisant confiance. Les kilomètres se sont ensuite enchaînés. Je me rappelle de chacun d’eux, sans exception. Tu as tout de suite su rentrer dans le train d’enfer que nous menions.

 

La vie n’avait pas toujours été facile avec toi, nous avions pris le parti, Cécile et moi, de faire en sorte que cela change pour de bon. Nous t’avons donc emmené partout où nous allions. Quelle que soit la destination, tu étais de la partie. Toi qui n’avais pas vu beaucoup plus que ton refuge pendant plusieurs années, nous t’avons montré la mer, les montagnes, les rivières, les forêts, les grandes villes, les falaises, le feu dans la cheminée, un orage sous la toile de tente, les tartines au camembert...

 

Décrit sur ta fiche comme intolérant alimentaire, nous avions pris le parti de te donner la même chose qu’à nous. Tu avais tellement compris nos intentions que tu te servais par toi-même dans le four, les placards et les étagères que nous laissions sans surveillance. Toujours soucieux de notre bien-être, tu t’improvisais même cantonnier en vidant nos poubelles. J’entends, en écrivant ces quelques lignes, ta maîtresse râler en nettoyant le chantier pavé de tes bonnes intentions. J’ai pas mal crié envers toi, mais toujours comme je l’aurais fait pour mon enfant.

 

Afin de ménager Cécile, je détachais ta laisse en secret lorsque nous nous promenions seuls. Certaines balades furent un petit peu plus longues que prévues quand tu décidais de n’en faire qu’à ta tête. Je ne faisais pas non plus le fier, à l’exception du jour où tu es revenu me chercher tout fébrile, pensant que je t’avais laissé alors que je m’étais simplement caché pour te faire peur. A ce moment précis, j’avais compris que tu avais besoin de moi. Pas seulement pour te donner à manger ou réparer tes bêtises… J’ai surpris autre chose dans ton regard que cet art de la négociation que tu avais naturellement développé lorsque nous étions à table. Quoi qu’il y eut dans tes yeux ce jour-là, c’était purement désintéressé.

 

J’ai compris à partir de ce moment-là que j’étais présomptueux. Ce n’était plus toi qui avait besoin de nous mais l’inverse. Combien de fois avons-nous croisé ton regard ces soirs où rien n’allait et où tu savais faire la différence. Tu étais toujours là pour nous, à nous écouter tel un confident. J’ai connu nombres des tiens, mais jamais je n’avais rencontré quelqu’un d’aussi tendre et câlin que toi.

 

Quand, au contraire, tout allait pour le mieux, je me surprenais à profiter de l’instant présent et à dire que nous étions bien, tous les trois. Puis ce fut tous les quatre quand Louis pointa le petit bout de son nez. Et dans tes yeux, toujours la même lueur. Je ferme les yeux et je vois encore cette même lueur.

 

Les gens nous diront tous que grâce à nous, tu auras vécu heureux les dernières années de ta vie, que nous t’avons sauvé. Mais la vérité, c’est que c’est toi qui nous as donné du bonheur. Cette nuit du 18 décembre dernier, j’ai perdu bien plus qu’un chien, j’ai perdu un ami. Juste après t’avoir perdu, il m’est arrivé d’en vouloir à ta maîtresse de m’avoir convaincu de t’adopter. Mais en y pensant bien, cela serait injuste et égoïste de lui attribuer la tristesse de ton départ… Car en y pensant bien, sans elle, jamais nos routes ne se seraient croisées. Je serais ainsi passé à côté de trois belles années de pur bonheur. A chaque instant où tu me manqueras, c'est à ces magnifiques moments que je penserai. Au revoir mon grand…"

 

Franck

 

Écrire commentaire

Commentaires : 23
  • #1

    veve82 (samedi, 09 janvier 2016 12:35)

    C'est un magnifique hommage plein de tendresse et de réalisme cela est bouleversant car ce récit nous rappelle aussi nos histoires nos joies et nos chagrins. Merci pour ce partage

  • #2

    véronique24 (samedi, 09 janvier 2016 12:40)

    Quel merveilleux hommages de la part de Cécile et Franck pour leur grand amour commun, leur Charco!!!

    Sur ce magnifique album de vacances on peut voir que Charco a beaucoup voyagé et qu'il était très heureux.

    Moi aussi début novembre l'amour de ma vie s'en est allé après un long combat mené à deux , lui POOPY et moi maîtresse Véronique, mais le cancer a eu raison de lui.

    Je pense à vous deux et partage votre douleur.

    Véronique

  • #3

    Muriel (samedi, 09 janvier 2016 13:18)

    Charco a rejoint nos chers petits disparus et ils veillent sur nous. Notre amour pour eux ne s'éteindra jamais tout comme celui, magnifique et touchant, qui vit dans votre coeur pour Charco.
    Merci Cécile et Franck pour ce bel hommage à votre loulou chéri.
    Repose en paix Charco.

  • #4

    Tésa (samedi, 09 janvier 2016 14:19)

    Très bel hommage,
    mon paquet de mouchoirs y est passé,on se retrouve dans ce témoignage
    La perte d'un ami fidèle affectueux et dévoué c'est devastateur .
    Soyez courageux et ne pensez qu'aux belle choses vécu ensemble.
    Adieu beau Charco et salut les amis diparus .

  • #5

    Beeckmans (samedi, 09 janvier 2016 14:52)

    Magnifique .... vous m avez fait pleurer..

  • #6

    isaelys (samedi, 09 janvier 2016 15:21)

    Charco, tu as apporté le soleil dans ce foyer et tu laisses le souvenir et le manque d'un chien fabuleux, on pense bien à vous trois et à lui qui doit veiller sur vous tous , en paix, au delà des nuages. Bises

  • #7

    muniesa (samedi, 09 janvier 2016 15:45)

    Un hommage à la mesure de votre rencontre, de votre respect et de votre amour pour ce grand dadet....oui, difficile de les laisser partir...tout devient souvenir et douleur...courage et merci : votre témoignage est un beau récit de vie qui aidera d'autres galgos à trouver une famille....et ça c'est le plus bel hommage à Charco.

  • #8

    Gilda de Castro (samedi, 09 janvier 2016 16:44)

    Bonjour
    Je comprend votre peine pour Charco et je partage complètement tous les souvenirs que vous évoquez. Le 20 décembre dernier cela a fait trois ans que mon "bébé" a rejoint les étoiles, le paradis des lévriers, et j'ai pleuré en lisant votre lettre. Soyez fort ( je sais c'est facile à dire) nous les aimons tellement et ils nous le rendent au centuple. Ils font parti de notre famille et restent dans nos coeurs pour toujours.
    Courage.
    Mes pensées vous accompagnent.
    Gilda

  • #9

    Guichard Martine (samedi, 09 janvier 2016 17:24)

    Ce très bel hommage m'a donné des frissons tellement on y sent l'amour et la tendresse. Bon courage...

  • #10

    Gwenaelle (samedi, 09 janvier 2016 18:32)

    Un très beau texte, de très belles photos..... Merci d'avoir partagé votre "hommage à Charco". C'est émouvant mais aussi vraiment très réconfortant de sentir autant d'amour. Vous avez un grand coeur...... Charco a dû être très heureux chez vous.

  • #11

    catherine f (samedi, 09 janvier 2016 19:19)

    bel hommage magnifique texte émouvant j'ai versé des larmes devant tout cet amour
    courage a vous
    bisous

  • #12

    Flo67 (samedi, 09 janvier 2016 19:31)

    Triste nouvelle....toutes mes pensées vont vers vous

  • #13

    Sierras M (samedi, 09 janvier 2016 19:45)

    Je pense à vous...et je frissonne en pensant au jour où ce sera ma perle qui...mais non,pensons à tout ce que vous avez partagé ensemble, à la belle vie que vous lui avez donnée, c'est un magnifique hommage , merci.
    sincèrement à vous , Muriel

  • #14

    Lydie Dufour (samedi, 09 janvier 2016 20:20)

    Merci d'avoir si bien écrit l'amour que nous portons a nos loulous .... a leur vie si courte ... mais au bonheur si intense qu'ils nous donnent , c'est pour cela que s'en est si dur de les voir partir.
    Ils sont chacun unique ; courage a vous .

  • #15

    nadine (dimanche, 10 janvier 2016 01:03)

    Merci à Cécile et Franck , d'avoir su donner autant d' Amour à Charco .
    De trés jolies photos .
    Je compatis à votre chagrin et votre vide.

  • #16

    Sébastien (dimanche, 10 janvier 2016 10:11)

    Merci pour ces écrits, un vrai bonheur de vous lire malgré la teneur de votre récit. Quel magnifique hommage à votre ami... il vous gardera avec lui à jamais, bravo pour ce que vous avez fait pour lui, il vous en est reconnaissant.
    Je comprends, je compatis, j'ai vécu moi aussi cette douloureuse séparation avec ma whippet, partie accidentellement à l'âge de 3 ans seulement.
    Soyez heureux et bravo pour ce que vous faites pour ces beaux lévriers.

  • #17

    léonie (dimanche, 10 janvier 2016 11:10)

    Très bel hommage bouleversant et émouvant!!!!!!!!!
    Il a eu la chance de vous rencontrer ainsi que vous
    C est tout simplement magnifique

  • #18

    lolo (dimanche, 10 janvier 2016 17:21)

    Message très émouvant, tout en générosité et avec pudeur, douleur que je partage avec vous car je le vis actuellement, avec tout mon soutien. Quel bel Ange que vous aviez, que de douceur dans son regard.

    Que ton âme vole, Charco, libre à tout jamais.

  • #19

    Anne (dimanche, 10 janvier 2016 18:48)

    Je me souviens de sa fiche : intolérant au niveau nourriture, mis à l'écart dans un enclos, seul, il déprimait... 2 années de bonheur partagé....

  • #20

    Charco (dimanche, 10 janvier 2016 19:43)

    Merci à tous pour vos messages...
    Il nous manque et le vide qu'il laisse semble tellement immense..

  • #21

    maryse (dimanche, 10 janvier 2016 20:51)

    il y a tant d'amour dans vos magnifiques photos , tant d'attention à CHARCO Vous avez tout compris de cette magnifique relation qui peut s'établir lorsque vous aimez un animal qui vous donne toute sa confiance et vous remet sa vie comme un cadeau... Merci Cecile et Franck, que cet amour et ce respect vous portent dans la vie

  • #22

    GOUBE (mardi, 12 janvier 2016 09:34)

    de tout cœur avec vous, tant je sais ce qu'est de perdre un tel compagnon; votre hommage et l'album photos sont merveilleux; on sent que vous étiez très fusionnels, vous avez offert un bonheur immense à votre compagnon et il vous l'a rendu au centuple
    il a maintenant rejoint tous nos autres compagnons disparus, mais je reste persuadée que tous veillent sur nous. un grand courage à vous

  • #23

    Gigi (mardi, 12 janvier 2016 14:28)

    Hommage vibrant d'amour et de tendresse rendu à un ami tant aimé !